Vin bouchonné!

Vin bouchonné!

Goûter avant de servir permet de repérer d’éventuels défauts rédhibitoires – et d’alors changer de bouteille ou de verre.

Comment repérer le goût de bouchon ?

Goûter avant de servir permet de repérer d’éventuels défauts rédhibitoires – et d’alors changer de bouteille ou de verre.

Une fréquente cause de renvoi du vin est ce que nous appellerons ici « goût de bouchon » : une odeur de moisi (de bois pourri, de renfermé, de poussière), et un goût de carton mouillé (même si le vin peut être d'abord fruité et onctueux).

Pour repérer le « goût de bouchon », ne pas agiter le verre. Même si vous ne sentez pas le caractère bouchonné, celui-ci altère le goût du vin.

Cette anomalie n'est pas toujours décelable à l'ouverture ; mais de minute en minute elle masque de plus en plus le goût du vin. C'est pourquoi - au restaurant - renvoyez une bouteille dès le premier soupçon.

Si vous avez un doute chez vous, prenez un autre verre. Rincez-le à l'eau claire pour enlever toute trace de poussière ou de détergent. Ne le séchez pas et regoûtez avant de mettre la bouteille de côté.

Certaines personnes détectent le goût de bouchon plus que d'autres. En 2009, un sondage sur une vingtaine de dégustateurs donnait : environ 2 % des bouteilles (fermées avec du liège) présentent des anomalies de goût qui doivent conduire à ouvrir une autre bouteille ; et les plus grandes cuvées ne sont pas plus fiables que les autres.

Comment éviter les vins bouchonnés ?

Qui sont les responsables du goût de bouchon ? Dans certains cas, le « goût de bouchon » est dû au bouchon ; dans d'autres, il vient de ce qu'une atmosphère viciée a contaminé le vin avant son bouchage (chloroanisoles, TCA).

Les vignerons peuvent encore réduire la proportion de vin bouchonné : en achetant de meilleurs bouchons et en séparant les locaux d'entreposage des vins de ceux de stockage des matériaux ;

Pour le vin à boire dans l'année on peut changer le type de bouchon pour des bouchons synthétiques ou des capsules, à vis ou à couronne. (De nombreuses expérimentations sont concluantes sur deux ans). Des capsules à vis spécialement étudiés pour le vin permettent un bon vieillissement du vin. D'importants producteurs ferment leurs bouteilles avec de tels bouchons (mais pas pour le marché français).

De plus en plus de bons vins sont proposés en « Bag-in-Box » (appelés aussi « cubitainers »). Il s'agit d'une poche hermétique protégée par un carton. Les avantages incluent : l'absence de goût de bouchon et le maintien du goût plusieurs semaines après ouverture (contre quelques heures pour une bouteille).

 

Règles de base pour dresser la table

Règles de base pour dresser la table

Les couverts sont disposés dans l’ordre d’utilisation, de l’extérieur vers l’intérieur.

Les couverts

Ils sont disposés dans l’ordre d’utilisation, de l’extérieur vers l’intérieur. Si vous prévoyez une soupe, du poisson, puis de la viande, vous aurez du côté droit de l’assiette, de la droite vers la gauche : une grande cuillère, un couteau à poisson et un couteau à viande.

La fourchette : elle se place à gauche, la pointe vers le bas.

Le couteau : il se place à droite, le côté tranchant vers l'assiette. Les porte-couteaux ne s'utilisent que pour les repas familiers car ils signifient que vous n'avez pas l'intention de changer les couverts entre les plats. Si vous en mettez, ne posez pas le couteau dessus quand vous mettez la table.

La cuillère à dessert et le couteau à fromage : ils se positionnent au-dessus de l'assiette, le manche à droite. Côté bombé au-dessus pour la cuillère, côté tranchant vers l'assiette pour le couteau. Pour les repas les plus formels attendez le moment du fromage et du dessert pour les apporter.

Attention, chez les Anglais la fourchette et la cuillère se positionnent le côté bombé sur la table : il s'agit de mettre en valeur les armoiries. En France, celles-ci sont gravées à l'extérieur des couverts, tandis qu'en Angleterre elles sont gravées à l'intérieur.

Les assiettes

Elles sont disposées à 1 ou 2 centimètres du bord de la table.

L'assiette de présentation : facultative, elle sert de support aux autres assiettes et n'est retirée qu'au moment du fromage.

L'assiette creuse : elle sert pour le potage, elle est présentée sur une assiette plate (histoire de ne pas tacher la nappe dès le début du repas). Ces deux assiettes sont débarrassées en même temps.

L'assiette plate : elle sert pour les plats principaux, viande et poisson.

L'assiette à pain : pour faire chic, elle se place en haut à gauche de l'assiette.

N'empilez jamais plus de trois assiettes (par exemple : assiette de présentation + assiette plate + assiette creuse) et ne mettez jamais deux assiettes plates l'une sur l'autre.

Enfin, ne serrez pas vos invités comme des sardines. Pensez à bien espacer les assiettes. On compte 60 à 70 centimètres par personnes. L'espace minimum (vital) est donc de 30 centimètres entre chaque assiette.

Les verres

Ils sont disposés de la gauche vers la droite, du plus grand au plus petit. N'oubliez pas de les essuyer avant, pour effacer les traces de doigts.

Le verre à eau : c'est le plus grand, il est placé le plus à gauche.

Les verres à vin : ils sont placés à la suite du verre à eau, parfois légèrement en diagonale. Si vous voulez faire raffiné, prévoyez un verre pour chaque vin servi.

La nappe

Pour les plis de la nappe, c'est un peu plus réglementé : sur une table ronde, une nappe ne doit pas avoir de plis (donc sortez le fer à repasser) ; sur une table rectangulaire, vous pouvez laissez les plis de la longueur.

Si vous utilisez une rallonge et que vous n'avez pas de nappe assez grande, plutôt que de faire un raccord au milieu de la table avec deux nappes, prenez en trois et disposez en une à gauche, une à droite et une au centre sur la partie non recouverte, c'est plus joli.

Pensez aussi au molleton qui protège la table et évite les bruits de vaisselle.

Et aussi...

N'oubliez pas de mettre sur la table : salières, poivrières, carafes d'eau.

Pour éviter de nombreux déplacements, mettez une desserte ou un plateau près de vous avec tout ce dont vous avez besoin pour servir.

Les serviettes

Les serviettes

Le décor de la serviette en papier sert de point de départ à l’ambiance de la table et elle prendra toute sa place à plat sur l’assiette.

Quelles serviettes choisir ?

Les serviettes en papier sont aujourd’hui largement plébiscitées. Dans ce cas, il n’est pas nécessaire de réaliser de pliage de serviette. Le décor de la serviette en papier sert de point de départ à l’ambiance de la table et elle prendra toute sa place à plat sur l’assiette.

Pour les pliages de serviettes, il est important pour un meilleur résultat d’utiliser une serviette en tissu. Le pliage devra rester sobre pour ne pas alourdir la décoration de la table (fini donc les pliages en éventail ou les serviettes dans les verres!)

Rond de serviette

Enfilez des perles de rocailles sur un fil métallique et enroulez votre création comme un ressort autour de vos serviettes. Cet été, pensez à les nouer autour avec une cordelière dont les extrémités sont décorées de coquillages.

Vous pouvez tout simplement, utiliser un ruban joliment noué avec des pompons ou des cordons de passementerie.

Quoi qu'il en soit, laissez parler votre imagination, elle sera votre meilleur conseiller.

Pliage de serviettes

L'enveloppe

  • Ouvrez la serviette et disposez-la à plat devant vous, un bord parallèle au bord de la table, envers sur le dessus
  • Rabattez le côté droit jusqu'au milieu.
  • Rabattez le côté gauche jusqu'au milieu, bien bord à bord avec le côté droit.
  • Tournez la serviette d'un quart de tour et rabattez les angles supérieur et inférieur droits, jusqu'au milieu, pour former un triangle.
  • Pliez le côté gauche sur un tiers du rectangle puis une deuxième fois jusqu'à la base du triangle.
  • Rabattez la pointe du triangle sur le rectangle pour former l'enveloppe.

Le noeud

  • Sur la table, placer la serviette en losange devant soi, replier les pointes gauche et droite vers le centre en dépassant le milieu. Rouler la serviette dans le sens de la longueur.
  • Enrouler cette longue bande autour de la main et faire un nœud. Ecrire le nom du convive sur une ardoise (ou un carton) et la glisser dans le nœud de la serviette

Des bouchées apéritives pour aiguiser l’appétit

Des bouchées apéritives pour aiguiser l’appétit

Ne proposez pas trop d’amuse-bouche frits ou à la crème, qui donnent très vite une impression de satiété. Privilégiez les bouchées légères, fraîches et aériennes !

Ce qu'il faut savoir

Les fêtes approchent à grands pas et vous songez déjà aux bouchées apéritives aussi délicieuses que raffinées dont vous allez régaler vos invités ? Dans ce cas, vous avez dû vous rendre compte qu’il n’est guère évident de faire un choix parmi les innombrables recettes proposées.

Les bouchées apéritives doivent être petites et surprenantes. Surtout, retenez ceci : elles doivent apaiser la faim, mais pas rassasier ! Évitez donc les excès : 4 bouchées par personne suffisent. 

Nos conseils

Voici quelques astuces toutes simples pour un apéritif de Noël ou de Nouvel an qui aiguisera l’appétit de vos invités…

Au niveau de la composition des bouchées, vous avez le choix entre une multitude de possibilités, sans ingrédients trop coûteux. Laissez libre cours à votre imagination et donnez une touche d’originalité à vos amuse-bouche.

Et pourquoi pas un potage ? Un bouillon clair agrémenté de légumes en julienne ou de petits morceaux de champignons des bois, servi dans une soupière miniature, prend d’emblée un petit air de fête.

Si vous avez prévu une série de bouchées froides, mieux vaut les servir en premier lieu. Une mini-salade relevée d’une vinaigrette aux notes fraîches et acidulées est parfaite pour ouvrir l’appétit. Les olives – qui se déclinent en divers calibres et variétés – plaisent toujours. Servez-les seules ou associez leur amertume naturelle à des charcuteries ou des fromages à pâte dure.

Pour un apéritif un peu plus chic, servez les bouchées dans des mini-coupelles. Vos petites œuvres d’art culinaire blufferont à coup sûr vos invités ! Moins formel : un grand plateau de service garni de délicieux amuse-bouche à déguster du bout des doigts et dans lequel tout le monde se sert. Ambiance décontractée garantie : on picore et on se régale !

N’oubliez pas les végétariens : prévoyez une variété de bouchées sans viande et une autre au poisson. Il y a fort à parier que les amateurs de viande se lécheront aussi les doigts !

Profitez de l’apéritif pour lever un coin du voile sur la suite du menu. Titillez la curiosité de vos amis ou membres de la famille en leur donnant un avant-goût des plats qu’ils vont savourer.

Ne proposez pas trop d’amuse-bouche frits ou à la crème, qui donnent très vite une impression de satiété. Privilégiez les bouchées légères, fraîches et aériennes !

Les gratins
Un concentré de saveurs sous une croûte croustillante

Les gratins

Surmontés d’une couche délicieusement craquante, les pâtes, les pommes de terre ou même les légumes deviennent irrésistibles !

Surmontés d’une couche délicieusement craquante, les pâtes, les pommes de terre ou même les légumes deviennent irrésistibles ! Mais le gratin donne aussi une touche finale gourmande à une cassolette de poisson ou un ragoût de viande.

Pour obtenir une croûte légère, dorée et craquante, recouvrez votre préparation d’une couche de fromage, de chapelure et de parcelles de beurre, de crème ou d’une sauce spéciale (sauce au fromage ou béchamel, par exemple). Glissez ensuite le plat brièvement sous le grill du four ou faites-le gratiner doucement dans le four préchauffé.

Quelques astuces pour réussir votre gratin

Tous les aliments peuvent-ils être gratinés ?

Toutes les préparations, végétales ou animales, peuvent en principe être gratinées. Il faut cependant adapter la méthode en fonction des aliments.

Les légumes plus durs, comme le chou-fleur, les carottes ou les choux de Bruxelles doivent idéalement être d'abord cuits à l'eau ou à la vapeur, jusqu'à ce qu'ils soient juste al dente. Ils achèveront de cuire pendant qu'ils gratinent dans le four préchauffé.

Les plats à base de viande et de poisson – généralement mijotés en sauce – sont déjà parfaitement cuits lorsque vous les passez sous le gril pour faire gratiner le dessus.

Enfin, vous pouvez même faire gratiner des petits morceaux de fruits : placez-les une minute sous le gril, nappés d'une couche de blancs d'œufs battus en neige et sucrés… Un régal !

Croustillante ou moelleuse ?

Selon les ingrédients utilisés pour le gratin, vous obtiendrez une croûte croustillante ou moelleuse.

Le principe est simple : si vous voulez une croûte croquante, utilisez des produits secs (fromage râpé, chapelure,…) ; inversement, si vous préférez une croûte moelleuse, optez pour des produits liquides (crème, sauce au fromage, béchamel ou blancs d'œufs en neige).

Quel fromage choisir ?

Cheddar, mozzarella ou gruyère, le choix vous appartient ! Pour la tartiflette, plat savoyard typique, on utilise même un reblochon complet, coupé en deux.

Vous trouverez bien sûr des sachets de fromage râpé prêt à l'emploi au supermarché. En plus de l'emmental classique, Vache Bleue propose par exemple un savoureux mélange spécial gratin. Parfait pour préparer des gratins dorés à souhait !

À quelle température ?

Préchauffez le four à 200°C. La température doit être assez élevée – si ce n'est pas le cas, la préparation va cuire, mais ne prendra pas une coloration appétissante. Veillez aussi à ce que la température du four reste constante – autrement dit, évitez d'ouvrir le four.

Vous utilisez le gril ? Faites-le chauffer d'emblée à la température maximale et enfournez le plat recouvert d'une couche de gratin. Surveillez attentivement la cuisson : une belle croûte dorée doit se former, mais elle ne peut pas se dessécher.

Y a-t-il une durée idéale ?

Non, la durée dépend des dimensions, de l'épaisseur et du degré de cuisson du plat. Et bien sûr, de vos préférences personnelles, selon que vous aimez la croûte dorée ou brun clair.

J'adore les plats gratinés, mais je suis allergique aux produits laitiers…

Ce n'est plus un problème : Vache Bleue a développé une gamme de produits sans lactose qui permet de préparer de délicieux plats au four, surmontés d'une croûte divinement croustillante !

Les produits Zéro Lactose conviennent parfaitement aux personnes qui digèrent difficilement le lait et plus particulièrement celles qui sont intolérantes au lactose. Une alternative savoureuse au beurre, à la crème et au fromage.

Tout le monde fond pour la fondue au fromage !

Tout le monde fond pour la fondue au fromage !

Une fondue permet de réunir autour de la table carnivores assumés et végétariens. Qui plus est, elle vous évite de passer de longues heures en cuisine.

La fondue est une valeur sûre depuis les années 70. En Belgique, elle figure régulièrement sur les tables de fête et résiste à toutes les nouvelles tendances culinaires. « Le classique incarne la nouvelle modernité », serait-on tenté de dire face à ce succès qui ne se dément pas. Nostalgie ou effet de mode ? Une chose est sûre : la fondue est plus populaire que jamais !

Fondue au fromage : composez « votre » recette !

Une fondue permet de réunir autour de la table carnivores assumés et végétariens. Qui plus est, elle vous évite de passer de longues heures en cuisine. Il suffit de bien choisir les accompagnements et le succès est assuré !

Chaque fondue a une saveur caractéristique, qui dépend du fromage que vous aurez choisi. Il faut impérativement du fromage cuit, de type Emmental par exemple, qui donne à la fondue sa merveilleuse onctuosité et les fameux « fils ». Le mélange de fromages spécial Gratin Emmental - Maasdam - Bergkäse de Vache Bleue constitue une base parfaite pour une fondue des plus authentique.

Libre à vous également d’agrémenter votre fondue avec un petit verre d’alcool ou de vin, des aromates et d’autres ingrédients qui lui donneront encore plus de goût.

Ces variations créent chaque fois des associations de saveurs surprenantes. Vous pouvez par exemple frotter le caquelon avec une gousse d’ail coupée en deux, ce qui donnera une petite touche aillée délicate à la fondue.

Du poivre ou une petite cuiller à café de graines de moutarde la relèveront avec bonheur.

Un trait d’alcool – un peu de vin blanc sec ou d’eau-de-vie (du kirsch par exemple) – rend non seulement la saveur de la fondue plus complexe, mais abaisse aussi le point d’ébullition et évite la coagulation des protéines présentes dans le fromage. Le mélange de fromage ne se fige donc pas, mais reste souple et crémeux.

Du sel ? Il n’est généralement pas nécessaire car la plupart des fromages contiennent assez de sel pour donner du « corps » à la fondue.

Par où commencer ? Par la recette de base !

Ingrédients pour 4 personnes

  • 1 sachet de 500 g de Vache Bleue Gratin
  • 350 ml de vin blanc sec
  • 1 petite cuiller à café de maïzena
  • 1 petite cuiller à café de jus de citron
  • 2 petites cuillers à café de kirsch (ou d’une autre eau-de-vie)
  • poivre noir du moulin
  • une pincée de noix de muscade

Préparation

  • Réservez un peu de vin à part et délayez-y la maïzena.
  • Versez le vin blanc et le kirsch dans une casserole et portez le tout à ébullition.
  • Ajoutez une cuiller à café de jus de citron, qui assurera une fonte homogène du fromage.
  • Réduisez le feu de moitié et ajoutez peu à peu le contenu du sachet de Vache Bleue® Gratin au vin, en remuant constamment. Laissez fondre le fromage jusqu’à ce que la masse soit bien lisse.
  • Assaisonnez de poivre noir du moulin et de noix de muscade et liez avec le mélange vin-maïzena que vous aviez réservé.
  • Versez la fondue au fromage chaude dans le caquelon et maintenez-le au chaud.

Quelques conseils utiles avant de commencer !

  • De gros morceaux de pain (baguette) ou de ciabatta de la veille (minimum) sont idéaux à tremper dans la fondue car le pain frais glisse trop aisément de la fourchette.
  • Variez les accompagnements à votre guise : salades mélangées, légumes au vinaigre, pommes de terre cuites à la vapeur, oignons braisés ou assortiment de viandes séchées.
  • Que boire avec une fondue ? Un Chenin Blanc sud-africain ou un Fendant suisse fruité sont excellents, mais une bière bien fraîche accompagne aussi à merveille la fondue au fromage.
  • Enfin, n’oublions pas le gage traditionnellement infligé au convive qui perdra le premier son morceau de pain dans la fondue… Il ou elle paiera le vin pour toute la table !

Le barbecue, c’est tout un art !

Le barbecue, c’est tout un art !

Il s'agit d'une symphonie où ce sont les autres plats qui attendent l'entrée en scène de la viande et pas l'inverse.

Faire un barbecue, cela semble simple comme bonjour : il suffit d’allumer le feu, de disposer la viande ou le poisson sur la grille, d’attendre un peu et… le tour est joué. Et pourtant, vous allez voir qu’Alain vous a préparé quelques petits conseils qui pourront vraiment faire la différence entre un barbecue banal et un véritable festin en plein air.

Nos conseils

Le principal et meilleur conseil que je puisse probablement vous donner, c'est d'utiliser la bonne méthode pour cuire la viande.

Par exemple, si vous voulez servir des côtelettes ou des poitrines, n'optez pas pour la solution « grill », car ces morceaux de viande doivent d'abord être préparés à feu doux, dans un récipient avec couvercle. Les basses températures contribuent à conserver l'humidité. D'autres variétés de viande plus tendres peuvent quant à elles parfaitement être grillées à haute température et sans couvercle.

Contrairement aux idées reçues, n'hésitez pas à utiliser du poivre frais et du sel pur pour assaisonner votre viande.

En plus, si vous le faites juste avant de placer la viande sur le barbecue, il n’y aucun risque qu’elle sèche.

« Griller », en réalité, c’est cuire des morceaux de viande plus tendres à haute température.

Quand vous grillez de la viande, il est important de la faire roussir complètement. Ne retournez pas votre morceau de viande avant que la face extérieure n'ait pris une couleur brun foncé. Sinon, elle ne diffusera pas ses meilleures saveurs.
Si vous trouvez cette méthode trop compliquée, mais que vous souhaitez conserver la bonne cuisson, envisagez de prendre un morceau de viande plus épais ou réfrigérez d'abord la viande à une température comprise entre 0 à 4°C.

 

Utilisez un thermomètre instantané pour contrôler la température de la viande et savoir exactement quand elle est parfaitement cuite.

Trop souvent, on se contente de deviner quand la viande est prête... Résultat : d'inévitables déceptions ! En revanche, comme votre thermomètre ne ment jamais, il vous garantit toujours des résultats constants !

Ce conseil se situe dans le prolongement du premier. Demandez conseil à votre boucher quand vous lui commandez votre viande.

Spécialiste dans son domaine, il constituera une précieuse source d'informations pour vous. Sans compter qu'il pourra probablement aussi vous faire des suggestions auxquelles vous n'auriez pas pensé. On n'arrête jamais d'apprendre…

Servez la viande au bon moment. Ni avant, ni après.

Veillez toujours à ce que le reste du repas soit fin prêt au moment où la viande est retirée du barbecue. Évitez de laisser refroidir inutilement la viande parce que d'autres ingrédients sont toujours en cours de préparation. Il s'agit d'une symphonie où ce sont les autres plats qui attendent l'entrée en scène de la viande et pas l'inverse.

Lorsque vous préparez des steaks ou des carbonnades, servez-les immédiatement. Par contre, si vous servez de la poitrine, du rôti, du dindonneau ou du poulet, mieux vaut attendre quelques instants avant de découper la viande, histoire de permettre à celle-ci de réabsorber une partie de l'humidité.

 

Pizza, oh ma pizza !
Les combinaisons sont infinies...

Pizza, oh ma pizza !

Les combinaisons sont infinies, surtout si vous vous lancez dans la préparation de vos propres pizzas avec une bonne pâte fraîche et de délicieuses garnitures.

 Vous allez manger au restaurant avec des enfants ? Si vous leur demandez ce dont ils ont envie, vous connaîtrez probablement déjà la réponse avant même d’avoir posé la question : une pizza ! Mais avouez-le, vous aussi, vous avez votre pizza préférée… Êtes-vous plutôt capricciosa ou ai funghi ? Quattro stagioni ou bianca nieve ? Ou peut-être préférez-vous un calzone ou une aglio e olio ?

Les combinaisons sont infinies, surtout si vous vous lancez dans la préparation de vos propres pizzas avec une bonne pâte fraîche et de délicieuses garnitures. Histoire de donner votre touche personnelle à ce classique italien. Difficile ? Pas du tout, on va vous aider…

Recette de base pour un fond de pizza idéal

1. Mélanger

  • Dans un petit verre gradué, versez la levure et le sucre et ajoutez 50 cl d'eau tiède. Mélangez de façon régulière jusqu'à obtention d'un appareil homogène.

  • Tamisez la farine dans une terrine. Formez un petit puits au milieu de la farine et répartissez le sel sur les bords. Versez d'abord l'appareil dans le petit puits, puis l'huile et enfin le reste d'eau tiède.

  • À présent, mélangez la farine et le liquide en effectuant un mouvement circulaire jusqu'à obtention d'une masse homogène.

2. Pétrir

  • Saupoudrez le plan de travail de farine et retirez la pâte du plat.

  • Roulez la pâte à pizza jusqu'à obtention d'un boudin de 5 cm de diamètre.

  • Pliez la pâte en deux et pétrissez-la avec votre paume. Tournez chaque fois la pâte d'un quart de tour et pliez-la à nouveau en deux. Cette opération vous permet d'aérer la pâte. Ajoutez éventuellement un peu de farine si elle a tendance à coller.

  • Répétez cette opération pendant une dizaine de minutes, jusqu'à ce que la pâte soit souple et élastique.

  • Boulez la pâte, déposez-la dans un plat, couvrez et laissez lever une heure dans un endroit à l'abri des courants d'air.

  • Divisez la pâte en quatre pâtons et boulez chaque pâton.

  • Saupoudrez le plan de travail de farine ; à l'aide d'un rouleau à pâtisserie, abaissez chaque pâton jusqu'à obtention d'un cercle 25 à 30 centimètres de diamètre.

  • Farinez une plaque à pâtisserie ronde ou une plaque allant au four et déposez-y vos fonds de pizza.

3. Garnir

  • Commencez toujours par une couche de sauce tomate. Préparez la sauce en ajoutant au contenu d'une boîte de tomates concassées, du poivre du moulin, du sel et de l'origan séché.

    Déposez l'équivalent de 3 cuillères à soupe de sauce tomate sur le fond de pizza et répartissez la sauce en effectuant des mouvements circulaires avec le dos de la cuillère. Veillez à vous arrêter à 2 cm des bords.

  • Disposez ensuite vos garnitures préférées : du jambon (cuit ou séché), des champignons coupés finement, des olives, du hachis épicé, des scampis, du salami italien ou des cœurs d'artichaut.

    Envie d'innover ? Dans ce cas, découpez une courgette et une aubergine en fines tranches, badigeonnez-les d'huile d'olive et grillez-les dans une poêle prévue à cet effet. Délicieux !

    Vous pouvez aussi essayer de fines tranches de poulet aux épices indiennes et à la coriandre fraîche, des chicons à l'étuvée ou du chorizo. Osez les associations les plus exquises…

  • Enfin, terminez votre pizza par une bonne dose de fromage. Pour changer de la traditionnelle mozzarella, n'hésitez pas à essayer un des mélanges spéciaux de fromages râpés de la marque Vache Bleue : Pasta ou Gratin.

    Ou râpez une petite couche de Vache Bleue Cheddar bovenop een stevig gekruide gehakttopping of pikante salami voor een verrassende twist.

    Vous êtes allergique aux produits laitiers ? Pas de problème : l'Emmental râpé de la gamme Zero Lactose de Dilea apporte un délicieux petit goût onctueux à votre pizza !

4. Cuire

  • Assurez-vous que votre four soit bien préchauffé à 180°.

  • Cuisez de préférence la pizza le plus vite possible après garniture. Sinon, la pâte risque d'absorber la sauce tomate et de perdre son croustillant.

  • Allumez le grill seulement quand le fond de la pizza est suffisamment cuit.

  • Les magasins spécialisés proposent des pierres à pizza spéciales à placer dans le four. Pour se rapprocher du goût authentique de la pizza cuite sur pierre !

Soyez créatif avec vos petits restes de fromage

Soyez créatif avec vos petits restes de fromage

Un petit morceau de fromage bleu suffit pour aromatiser divinement une vinaigrette crémeuse, des pâtes ou une sauce pour steak.

Ce qu'il faut savoir

La croûte épaisse des fromages tels le Parmesan et le Romano peut être recyclée en la laissant "infuser" dans la soupe minestrone ou la sauce béchamel.

Les fromages contenant relativement peu d'humidité tels le Parmesan, le Cheddar, le Suisse et l'Emmental peuvent être congelés. On s'assure de les dégeler doucement au réfrigérateur.

Un petit morceau de fromage bleu suffit pour aromatiser divinement une vinaigrette crémeuse, des pâtes ou une sauce pour steak.

Il n'y a pas que les fromages à pâte ferme qui peuvent être utilisés pour gratiner les plats.

Nos conseils

Une omelette 

Vous pouvez faire une omelette au fromage et ajouter des ingrédients comme des tomates, des oignons, des poivrons ou ce qu’il vous reste dans le frigo selon tes envies!

Une tarte 

  • Réalisez une pâte brisée ou achetez-en une toute prête.
  • Disposez vos restes de fromages coupés en petits morceaux directement sur la pâte.
  • Battez 4 œufs avec de la crème fraîche épaisse, poivrez et versez au-dessus des fromages.
  • Cuire à four moyen (180°C) pendant environ 20 minutes.
  • Dégustez en petites parts à l'apéro ou servez avec une salade pour le dîner !

 

Un chausson 

  • Déroulez un pâte brisée, et sur la moitié, disposez vos restes de fromage coupés en petits morceaux.
  • Repliez la pâte pour former un chausson.
  • Badigeonnez le dessus du chausson avec un œuf battu.
  • Mettre au four pendant environ 20 minutes à 180°C. Servez avec une salade.

Une sauce

  • Préparez une délicieuse sauce aux fromages qui accompagnera vos pâtes...
  • Faites fondre vos fromages dans une casserole en remuant régulièrement.
  • Incorporez de la crème fraîche liquide en continuant de remuer jusqu'à obtenir une sauce crémeuse.
  • Ajoutez du poivre, du sel et un peu de noix de muscade.
  • Arrosez vos pâtes de cette délicieuse sauce et savourez !

Des croque-monsieur

Des croque-monsieur au fromage, quelle bonne idée !
Préparez vos croque comme à votre habitude mais à la place de votre jambon et gruyère, déposez des tranchettes de fromage. Ne mélangez pas plusieurs fromages dans un même croque, préférez faire plusieurs croques de fromages différents !

Un cake

  • Préparez une pâte à cake salé en mélangeant 150 g de farine, 3 oeufs, ½ sachet de levure chimique, 1 petit verre d'huile, 1 verre de lait, 20 g de beurre et 1 pincée de sel.
  • Une fois la pâte à cake prête, incorporez 300g de petits morceaux de restes de fromage.
  • Faites cuire environ 25 minutes à 190°C.

Quels nutriments trouve-t-on dans le lait?

Quels nutriments trouve-t-on dans le lait?

Les études ont démontré que les produits laitiers, quand ils sont intégrés dans une alimentation saine, améliorent la qualité générale de l’alimentation.

Le lait et les produits laitiers contiennent naturellement des nutriments essentiels tels que le calcium, les phosphore, les protéines, le potassium, des vitamines A, B2, B3 et B12, et du magnésium. Les études ont démontré que les produits laitiers, quand ils sont intégrés dans une alimentation saine, améliorent la qualité générale de l’alimentation et peuvent contribuer à réduire les risques d’ostéoporose, d’hypertension, d’obésité, de calculs rénaux et de cancer du colon.

Les produits laitiers contiennent des protéines de bonne qualité, ce qui signifie qu’ils contiennent aussi des acides aminés dont le corps a besoin.

Puis-je obtenir ces nutriments dans d’autres aliments ?

Dans l’alimentation occidentale, les produits laitiers sont la meilleure source de calcium. D’autres aliments contiennent du calcium mais en plus petite quantité, et il faudrait en manger de grosses portions pour obtenir assez de calcium.

Par exemple, il faudrait manger 200g de cacahuètes, 600g de poisson ou 10 kilos de tomates pour ingérer la même quantité de calcium que dans 3 portions de produits laitiers.

De nos jours, il y a un large assortiment de laits et de produits laitiers disponibles. Ce qui signifie que vous n’êtes pas obligé de suivre un régime sans produits laitiers si vous avez des problèmes avec le lactose ou les matières grasses, par exemple. Vous pouvez choisir des produits laitiers délactosés, du lait écrémé, des fromages à teneur réduite en matière grasse...

Quelle quantité de calcium dois-je absorber journalièrement ?

Il est recommandé de consommer au moins trois portions de produits laitiers par jour. Par portion on entend : un verre de lait ou 200g de yoghourt ou 2 tranches de 20g de fromage. Une telle portion contient environ 240 mg de calcium.
Cependant ces recommandations varient en fonction de l’âge ou de la situation.

On recommande :

  • Pour un enfant de 1 à 10 ans : 800 mg/jour
  • Pour un adolescent de 11 à 14 ans : 1.000 mg/jour
  • Pour un adolescent de 15 à 18 ans : 1.200 mg/jour
  • Pour un adulte : 900 mg/jour
  • Pour un adulte de plus de 60 ans : 1.200mg/jour
  • Pour les femmes enceintes et allaitantes : 1.200 mg/jour

Qu’est-ce qu’une alimentation saine ?

Qu’est-ce qu’une alimentation saine ?

L’important est d’équilibrer les apports des 4 grandes familles de produits sur l’ensemble des repas de votre journée.

Manger sainement, c’est avant tout manger varié. Dans la pratique, cela revient à manger différentes catégories d’aliments et à varier les aliments consommés. Cela est nécessaire parce que notre alimentation doit nous fournir des vitamines, des minéraux et d’autres substances dont notre corps a besoin. Or, tous les aliments n’apportent pas les mêmes nutriments.

Votre guide : la pyramide alimentaire

L’important est d’équilibrer les apports des 4 grandes familles de produits sur l’ensemble des repas de votre journée.

La pyramide alimentaire vous explique comment combiner les différents groupes.

VacheBleue_lesaviezvous_pyramide.png

En outre, manger sainement signifie absorber une quantité de nourriture adaptée à ses besoins. Si on mange trop, on reçoit plus d’énergie que l’on en dépense et l’on prend du poids. Si on mange trop peu, on perd du poids, on risque de manquer de nutriments et d’altérer les fonctions et capacités de son corps.

Une nourriture équilibrée est riche en goût, en couleurs et en plaisir ! 

Pourquoi est-ce si important de manger sainement ?

Le corps humain a besoin de différents nutriments pour fonctionner, pour construire les muscles et les tissus, pour différentes fonctions hormonales, cellulaires, neurologiques et cérébrales. Le corps a aussi besoin d’énergie pour travailler efficacement. La nourriture nous fournit tous ces nutriments et cette énergie. Sans nutriments, le corps ne peut pas fonctionner efficacement ni renouveler ses cellules et tissus.

Le manque de certains nutriments peut provoquer des disfonctionnements ou causer des symptômes de carence tels que la perte de cheveux, la peau sèche, une faiblesse générale, l’anémie…

Il faut aussi savoir que certains nutriments ne peuvent être absorbés par le corps que s’ils sont associés à un autre nutriment. Par exemple nos os ne peuvent pas absorber le calcium si nous ne leur apportons pas aussi de la vitamine D.
Tous les aliments ne contiennent pas les mêmes nutriments, donc il faut une alimentation variée pour pouvoir les obtenir tous.

A quoi dois-je faire attention quand je choisis mes aliments ?

Faites attention à manger beaucoup de fruits et de légumes. Essayez de consommer des céréales complètes plutôt que raffinées. Choisissez les viandes maigres de préférence, et si vous consommez des plats prêts à l’emploi, vérifiez qu’ils ne contiennent pas trop de graisse. Faites aussi attention à l’apport en sel, car nous avons tendance à en manger trop, évitez par exemple les snacks salés.

Même chose pour le sucre : il ne faut pas en abuser. Par exemple pour une femme qui exerce un travail sédentaire et fait un peu d’exercice, il est recommandé de ne pas dépasser 50g de sucre par jour.

A-t-on vraiment besoin de produits laitiers à l’âge adulte ?

A-t-on vraiment besoin de produits laitiers à l’âge adulte ?

A l’âge adulte il est important de consommer des produits laitiers contenant du calcium pour que les os restent forts.

A-t-on vraiment besoin de produits laitiers à l’âge adulte ?

Le lait et les produits laitiers contribuent à la formation des os, des dents et des muscles. Le lait est très important pour la santé de nos os, quel que soit notre âge.

Jusqu’à environ 30 ans, la masse osseuse se construit. Ensuite, elle commence à diminuer progressivement. En consommant assez de produits laitiers, il est possible de maintenir une masse osseuse élevée jusqu’à un âge avancé, et donc d’éviter l’ostéoporose et les fractures.

Les femmes sont particulièrement exposées à l’ostéoporose et aux fractures, car lorsque leur taux d’œstrogène diminue après la ménopause, la densité de leurs os diminue plus fortement. Pour cette raison il est particulièrement recommandé aux femmes de surveiller leur apport en calcium.

Mais tout le monde a besoin de calcium à tous les âges de la vie !

N’ai-je pas le temps de constituer mon capital osseux plus tard ?

Non. On a besoin de calcium toute sa vie parce que les os en ont besoin en permanence. Après l’adolescence et la période de croissance, les os deviennent plus denses et plus épais. Le calcium est le composant le plus important des os.

A l’âge adulte il est important de consommer des produits laitiers contenant du calcium pour que les os restent forts.

En outre, nous avons besoin de vitamines D pour que le calcium puisse se fixer sur les os. L’exercice régulier est également très bon pour la densité des os.

Pourquoi consommer du lait et des produits laitiers ?

Pourquoi consommer du lait et des produits laitiers ?

Il est difficile de remplacer le lait par d’autres produits sans causer une diminution de l’apport en nutriments et en particulier en calcium.

Le lait contient 9 nutriments essentiels, ce qui en fait l’une des boissons naturelles les plus intéressantes !

Le lait, le fromage, le yoghourt et les produits laitiers fournissent naturellement du calcium, du potassium, des minéraux et des vitamines qui sont essentiels au développement et à la croissance du corps humain.

Le lait est particulièrement important pour les os. Les os ont besoin de calcium pour grandir puis pour se fortifier ; ce besoin est très présent dans l’enfance et l’adolescence mais aussi à l’âge adulte. En effet, l’enfance est l’époque à laquelle la masse osseuse croît et se densifie.

A l’âge adulte, la masse osseuse commence à diminuer, ce qui peut causer plus facilement des fractures lors de chutes. Consommer des produits laitiers aide à maintenir sa masse osseuse. 

Il est difficile de remplacer le lait par d’autres produits sans causer une diminution de l’apport en nutriments et en particulier en calcium. Il est donc recommandé de consommer chaque jour 3 portions de produits laitiers.

Vos questions sur le fromage

Vos questions sur le fromage

Le fromage offre le meilleur de son goût à température ambiante.

Comment conserver le fromage ?

La date limite de conservation indiquée sur l’emballage indique jusque quand le fabricant garantit la qualité du fromage, à condition que l’emballage soit fermé.

Si l’emballage a été ouvert, le fromage doit être consommé dans les jours qui suivent, car hors de son atmosphère protectrice, sa qualité ne peut plus être maintenue de la même manière.

Peut-on congeler du fromage ?

Les fromages à pâtes dures : s’ils sont râpés, ils supportent parfaitement la congélation ! Faites de petites portions dans des sacs hermétiquement fermés. Vous pouvez les garder 3 mois au congélateur. Lorsque vous en avez besoin, laissez-les dégeler une nuit dans le frigo.

En bloc, les fromages à pâte dure risquent de s’effriter une fois décongelés, c’est pourquoi on recommande de congeler uniquement les fromages râpés.

Les fromages à raclette : séparez les tranches par du papier sulfurisé, et emballez-les dans de l’aluminium pour les congeler. Pour la décongélation, les tranches devront être placées au frigo durant au moins une nuit.

Comment déguster le fromage ?

Le fromage offre le meilleur de son goût à température ambiante. Il vaut toujours mieux le sortir du réfrigérateur une demi-heure à une heure avant de le servir, et lui ôter son emballage. Il exprimera ainsi tout son arôme, pour votre plus grand plaisir.

Un fromage affiné, qu’est-ce que c’est ?

L’affinage est la période de maturation pendant laquelle le fromage reçoit de nombreux soins à la cave ou dans un hâloir. Plus la période de maturation est longue, plus le fromage sera corsé.

Les soins apportés à sa croûte ainsi que les conditions de stockage du fromage influenceront son goût, sa couleur et sa texture. Il existe une grande différence de goût entre un fromage dont la croûte a été laissée sèche et un autre dont la croûte a été régulièrement humidifiée.

Un fromage est dit affiné lorsqu’il a atteint sa maturation optimale au terme de sa période d’affinage (très variable selon les fromages et les périodes de l'année).